Réponse du cabinet du Président de la République à mon courrier du 24 novembre 2017 sur la situation du contrôle aérien en Guyane

Monsieur le Sénateur,

Le Président de la République a bien pris connaissance des préoccupations que vous avez souhaité exprimer concernant les effectifs de contrôleurs aériens affectés au sein de l’organisme de contrôle de l’aéroport Félix Éboué de Cayenne. Soyez assuré qu’il a également pris note avec attention de vos observations concernant les vols de nuit.

Sensible à votre démarche, le Chef de l’État m’a confié le soin de vous en remercier.

Sur le premier point, je puis vous indiquer que l’effectif cible de cette structure est de vingt-trois contrôleurs aériens et qu’elle n’a pas fait l’objet de suppressions de postes. Si, en 2016, l’effectif de contrôleurs qualifiés est descendu à douze, douze nouveaux agents ont néanmoins été recrutés depuis lors et sont actuellement en cours de formation ou d’affectation. L’effectif des contrôleurs aériens opérationnels est donc appelé à remonter vers son niveau nominal au cours des dix-huit mois à venir.

S’agissant des vols de nuit, la mise en œuvre d’un tour de service transitoire a été négociée avec l’ensemble des organisations syndicales locales. Il a été affiné à la suite des nombreux contacts de la direction générale de l’aviation civile (DGAC) avec les opérateurs économiques et les élus locaux pour permettre l’accueil de deux vols nocturnes hebdomadaires de la compagnie Surinam Airways au moyen de la programmation des agents de l’encadrement du service dans le tour opérationnel. Ce tour de service permet à présent de gérer de manière optimale la partie océanique des vols à destination et au départ de Cayenne, ainsi que les survols dans les espaces pour lesquels la France est engagée au niveau de l’organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Il permet également de gérer les décollages et atterrissages de l’aéroport de Cayenne de 8h à 22h et d’assurer le service deux nuits par semaine aux horaires du vol commercial programmé. La totalité du trafic régulier programmé est ainsi prise en charge.

Par ailleurs, les outils techniques ont fait l’objet ces dernières années d’une importante modernisation. Le niveau d’investissement, pour un terrain accueillant de l’ordre de 500 000 passagers annuels, est unique. Au cours des cinq dernières années, les investissements de la DGAC ont dépassé quinze millions d’euros dont neuf millions pour la nouvelle tour de contrôle et cinq millions pour les nouveaux systèmes techniques.

Ces mesures contribuent à la continuité territoriale entre l’hexagone et la Guyane et participent de la modernisation des équipements propice au développement de ce territoire que Monsieur Emmanuel MACRON appelle de ses vœux.

Je vous prie de croire, Monsieur le Sénateur, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Patrick STRZODA

 

Télécharger le courrier réponse en pdf

Retrouver le courrier du sénateur Patient au Président de la République

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *