Lettre à Monsieur Pierre Moscovici, Ministre de l’Economie et des Finances, au sujet de la représentation de la BPI dans les Outre-mer

Monsieur le Ministre,

Si le premier des 60 engagements du Président de la République était de créer la Banque Publique d’Investissement (BPI), il s’était aussi engagé à y en implanter une représentation dans les Outre-mer qui offrirait tous les produits financiers prévus pour l’hexagone. C’était également le premier de ses engagements pour les Outre-mer, convaincu que le développement solidaire qu’il y préconise passe par une véritable mise à disposition de cet outil avec les adaptations nécessaires aux situations spécifiques des DROM/COM.

Après lecture de la synthèse du rapport de la mission de préfiguration de la BPI, je demeure perplexe quant à une réelle prise en considération des Outre-mer dans ce nouveau dispositif. Contrairement à la Métropole, aucune consultation semble n’avoir été faite dans les Outre-mer… Le constat sur la situation actuelle du financement des entreprises se fait exclusivement sur une analyse de la situation du financement des entreprises de l’hexagone…

Il serait regrettable que le cas des Outre-mer continue à être réglé à travers une simple convention-cadre de partenariat avec l’Agence Française de Développement (AFD), à l’instar de celle de 2009 entre OSEO et l’AFD. Système inopérant, inefficient, car bon nombre de produits d’OSEO n’étaient pas distribués dans les Outre-mer faute d’être adaptés aux réalités locales. Ȧ titre d’exemple, les contrats participatifs de développement n’ont pu y être mis en place en raison d’un seuil imposé souvent trop important car il convient de rappeler que les très petites entreprises (TPE) et micro entreprises constituent l’essentiel du tissu économique des DROM/COM.

Si l’on veut réellement « mettre en oeuvre un développement solidaire des Outre-mer en veillant au maintien des mécanismes de solidarité et en stimulant la création locale de valeur ajoutée » (2ème engagement du Président de la République pour les Outre-mer), la représentation Outre-mer de la BPI doit être conçue comme un outil capable d’accompagner la création et le développement des TPE/PME par la mise en place de financements adaptés aux besoins des diverses filières (agriculture, pêche, aquaculture mines, tourisme…). Elle devra être centrée sur le rôle de chef de file du secteur bancaire par une orientation vers le financement bancaire des TPE/PME développant des produits qui répondent le mieux à leurs contraintes parmi lesquelles la trésorerie. Eu égard à la frilosité des banques locales, elle devra pouvoir intervenir seule, sous forme de prêts directs dans tous les secteurs d’intervention et pas seulement en garantie. Enfin, cette représentation devrait être composée de véritables professionnels du financement des entreprises, les représentations territoriales actuelles de la CDC, d’OSEO par l’AFD, étant plus orientées vers le financement des collectivités et du logement social.

Je tenais, Monsieur le Ministre, à vous faire part de ces premières observations. Je me tiens par ailleurs à votre disposition pour en discuter.

Je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, l’assurance de ma haute considération.

Georges PATIENT

 

Télécharger en pdf la Lettre de Georges Patient à Pierre Moscovici, Ministre de l’Economie et des Finances, au sujet de la représentation de la BPI dans les Outre-mer

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *