Communiqué de presse : Meurtre de Maurice Chen-Ten-You, pour une application rapide du plan de sécurité des Outre-mer

C’est avec peine mais aussi indignation que j’ai appris l’assassinat de Maurice Chen-Ten-You. Je tiens à faire part à sa famille et à ses proches de toute ma compassion les assurant de mon soutien dans ces moments difficiles.

Pleinement investi dans le développement de la Guyane et de son économie, il était un élément important du tissu associatif et sportif. Son décès qui nous touche tous au cœur est indéniablement une grande perte pour notre pays.

Le meurtre odieux de Maurice Chen-Ten-You nous ramène une fois de plus au triste constat du taux de violence extraordinairement élevé de la Guyane et d’une criminalité qui sape les fondements de notre société. Les guyanais réclament de pouvoir vivre paisiblement et non sous la menace perpétuelle des délinquants.

Le gouvernement doit comprendre que la délinquance à laquelle nous sommes confrontée n’a rien de commun avec celle qui sévit dans l’hexagone. Il s’agit ici d’une criminalité sud-américaine où la vie n’a finalement que peu de prix.

La typologie de nos villes avec de fortes zones d’habitats informels, le contexte socioéconomique de la Guyane de fort chômage et de faible niveau éducatif mais également son environnement régional constituent un terreau favorable au développement de la délinquance. Ce sont autant de sujets sur lesquels l’Etat doit nous aider à apporter des solutions en plus de la réponse purement sécuritaire.

La visite de Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, malheureusement encore une fois annulée dans des circonstances tragiques, ne doit pour autant pas retarder l’application du plan de sécurité des Outre-mer présenté fin juin. Il prévoit entre-autre l’augmentation des effectifs de police et de gendarmerie, le relogement du commissariat de Cayenne dans des locaux enfin adaptés et l’ouverture d’une antenne de l’OCRTIS (Office Central pour la Répression du Trafic Illicite des Stupéfiants). Autre mesure significative, pour lequel je l’avais sollicité, la demande de placement de la Guyane en « secteur et unité d’encadrement prioritaire » (S.U.E.P) réclamé par les syndicats de police, serait tout à fait légitime et adapté aux problématiques du département. En sus des Zones de Sécurité Prioritaire (ZSP), il permettra que certaines mesures liées aux moyens alloués, aux effectifs et à l’avancement de carrière soient priorisées.

Je reste pleinement mobilisé sur tous ces sujets pour que ce plan sécurité soit appliqué au plus vite et avec plus d’ambition qu’initialement prévu car tout retard serait aujourd’hui criminel et la responsabilité de l’Etat en serait fortement engagée.

 

Georges Patient

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *