Communiqué de presse : Construction d’un nouvel établissement pénitentiaire en Guyane

Chantal BERTHELOT et Georges PATIENT, parlementaires de Guyane, tiennent à saluer l’annonce du Premier ministre et du Garde des Sceaux, de la construction de nouveaux établissements pénitentiaires sur l’ensemble du territoire national, et plus particulièrement, d’une seconde maison d’arrêt, d’une capacité de 300 places, en Guyane.

Dans le prolongement des actions menées depuis quatre ans par le Gouvernement, le programme immobilier pénitentiaire annoncé par le Premier Ministre le 6 octobre 2016 à l’École nationale d’administration pénitentiaire concrétise l’ambition de redonner son sens à l’exécution de la peine de privation de liberté, d’améliorer la sécurité et les conditions de travail des personnels pénitentiaires, ainsi que la prise en charge des personnes détenues.

Eu égard aux besoins criants de la Guyane, en termes de conditions de détention mais également de travail du personnel pénitentiaire, Chantal BERTHELOT et Georges PATIENT, se félicitent d’une telle décision.

Les parlementaires de l’Ouest guyanais regrettent néanmoins, qu’à ce stade, cette construction soit uniquement envisagée dans l’agglomération de Cayenne, qui dispose pourtant déjà du centre pénitentiaire de Rémire-Montjoly. La croissance démographique exponentielle à l’œuvre et les chiffres alarmants de la délinquance dans l’Ouest guyanais justifient pourtant pleinement la structuration d’une filière judiciaire dans cette partie du territoire.

Chantal BERTHELOT, qui avait déjà saisi la précédente Garde des Sceaux dans un courrier du 25 septembre 2015, pour demander la création d’un tribunal de grande instance (TGI) à Saint-Laurent du Maroni, et Georges PATIENT rencontreront donc très prochainement Jean-Jacques URVOAS, Garde des Sceaux, pour travailler sur cette question et offrir un service public de la justice efficient aux justiciables de l’Ouest guyanais.

 

Chantal BERTHELOT, députée de Guyane

Georges PATIENT, Sénateur de Guyane

 

Télécharger le communiqué en pdf

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *