Biographie

 

Ses origines

Né le 1er avril 1949 à Cayenne d’Yves Patient et Eugénie Aimable, Georges Patient est le dernier né des quatre enfants du couple. Issu d’une vieille famille guyanaise dont les origines connues remonte à un certain Patient de 37 ans, faisant partie d’un groupe de Noirs de traite libérés à la demande de la mère Anne-Marie Javouhey en 1837 en vue de la création d’une colonie agricole : Mana. Georges Patient y passe la plus grande partie de son enfance.

Parcours professionnel

Après le lycée à Cayenne, il part pour Bordeaux à la faculté de droit où il obtient une licence. Il complète sa formation par un diplôme du CESB (Centre d’Etudes Supérieures de Banque.) De retour en Guyane, il entame une carrière dans la Banque. Il occupe différents postes dans plusieurs établissements jusqu’au poste de directeur général adjoint de la SOFIDEG (Société Financière pour le développement de la Guyane), où il se confronte aux questions du développement économiques et sociales de la Guyane et à l’importance de la problématique financière de ce développement. En 1994, il s’installe en indépendant et travaille comme consultant financier. Georges Patient n’est pas un « professionnel » de la politique, il connait le monde de l’entreprise pour y avoir été salarié puis dirigeant.

La politique

En 1983 il décide de se lancer dans l’arène politique et se présente aux élections municipales à Mana sur la liste de gauche menée par Joseph Pavant. Il répond ainsi à diverses sollicitations avec pour but de mettre fin au déclin que connait la ville de Mana à cette époque, saignée par plusieurs années d’un exode rural massif. Il y est élu maire en 1989 et depuis lors réélu à chaque élection municipale. Aujourd’hui le principal défi auquel doit faire face Mana est à l’inverse une explosion démographique sans précédent.

Les problèmes de Mana sont hélas partagés par une grande partie des communes guyanaises poussant Georges Patient à élargir son champ de vision  et à s’intéresser à toute la Guyane. « Je crois que je suis maintenant parvenu à une étape, placé devant le défi non seulement de proposer un avenir réaliste à une société mananaise profondément bouleversée par les évolutions des dernières années, mais aussi de m’affronter aux complexités de la Guyane toute entière, en tâchant de surmonter ses divergences. » Georges Patient in Chemins pour la Guyane.  Dans cette optique, il se présente pour être élu au département et surtout il pousse à la mise en place d’une communauté de communes dans l’ouest guyanais.

Aujourd’hui, les racines du mal guyanais sont profondes et Georges Patient sait que les leviers d’action se trouvent en Guyane mais également à Paris au niveau national. Dans son livre, Chemins pour la Guyane, il donne et explique les grands axes de son action politique :  « Lorsqu’on entreprend de construire, on commence en général par une fondation, un socle. Je voudrais pour ma part poser deux socles à la Guyane de demain : celui des institutions tout d’abord, que nous devons envisager comme des outils qu’il nous appartient de mettre au service des objectifs que nous nous serons fixés; celui d’une profonde et sincère cohésion des populations, ensuite d’un vivre ensemble qui soit autre chose qu’une assimilation à un modèle extérieur ou dominant, et autre chose aussi qu’une simple cohabitation inégalitaire, qui soit au contraire une affirmation d’identités diverses tendues vers un projet commun; l’instrument central de ce +vivre ensemble+, ce sera l’éducation, à repenser.

Le nerf de la guerre, et d’un développement endogène, ce sont les finances locales, si l’on veut bien admettre avec moi que les collectivités territoriales de Guyane ont dans ce processus un rôle moteur à jouer. » Georges Patient in Chemins pour la Guyane. Depuis son élection au Sénat, Georges Patient n’a de cesse de se battre contre les injustices financières dont souffre la Guyane. Sa nomination au sein de la commission des finances et le basculement du Sénat à gauche (fin 2011) donne encore plus de poids et de force à son combat pour un rétablissement des finances locales.

 

Ses mandats

A Mana :

  • 1983-1989 : 1er adjoint au maire;
  • depuis 1989 : Maire (réélu en 1995, 2001, 2008 et 2014);
  • 1994-2001 : Président de la communauté de communes de l’ouest guyanais;
  • 1995 : Marianne d’or et du développement durable.

Au département :

  • 1985-1998 : vice-président du conseil général de la Guyane;
    • 1985-1994 : vice-président délégué aux affaires économiques et aux affaires culturelles;
    • 1994-1998 : 1er vice-président délégué aux finances.

Au Sénat :

  • élu sénateur de Guyane le 21 septembre 2008 et réélu le 28 septembre 2014.
    • Président délégué du groupe d’amitié France-Brésil;
    • 09/2008 – 10/2011 : Membre de la commission des affaires économiques;
    • 10/2011 – 09/2014  : Membre de la commission des affaires européennes;
      • Vice-président d’octobre 2011 à septembre 2014;
    • 10/2011 – aujourd’hui : Membre de la commission des finances;
      • Vice-président depuis septembre 2014;
    • depuis octobre 2011 : Membre de la délégation à l’Outre-mer;
    • depuis avril 2013 : Président de l’Intergroupe parlementaire des Outre-mer.

Autre

  • 2001-2008 : Vice-Président du Parc Naturel Régional de Guyane

Ses publications :

  • 2008 : Chemins pour la Guyane

Décorations :

  • Chevalier du Mérite agricole
  • Chevalier de l’Ordre national du Mérite