Aggravation de la criminalité en Guyane – Question orale sans débat n° 1444S

Question n° 1444S adressée à M. le ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration

M. Georges Patient attire l’attention de M. le ministre de l’intérieur, de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration sur l’insécurité grandissante en Guyane. Département déjà sévèrement touché par une très forte criminalité, l’une des plus importantes de France, un taux des infractions violentes représentant le triple de celui de la métropole, la Guyane connait une effrayante recrudescence des crimes et des agressions violentes. Une réalité qui se généralise sur tout le territoire : des communes qui, hier encore étaient connues pour être des havres de paix, sont aussi touchées par ce fléau. Pas un jour sans qu’un crime, qu’un braquage ne soient commis. La disparition de Monsieur Paulin Clet grande figure de la commune de Sinnamary, âgé de 89 ans, suite à un cambriolage à son domicile, a suscité une vive émotion et une forte colère. Face à cette poussée de la violence et à l’incapacité des pouvoirs publics à l’endiguer, la tentation de se faire justice est de plus en plus prégnante dans la population guyanaise.

De fait, il est urgent et les élus guyanais ne cessent de le demander que le Gouvernement mette en place tous les moyens qui s’imposent pour remédier à cette situation afin que la Guyane ne devienne pas une zone de non droit.

Pas de commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *